Vous êtes ici :   Accueil » Articles
 
 
Les articles du site
+ Année 2017
+ Année 2016
+ Année 2015
+ Année 2014
 -  Année 2013
+ Année 2012
+ Année 2011
+ Année 2010
+ Année 2009
+ Année 2008
 ↑  
Mieux connaître le 10e

Articles d'HV10 dans Les Infos du 10e

Informations

Histoire du 10e

  Petites histoires du 10e

 Balades du patrimoine, des passages sur le 10e voir ici 

Texte à méditer :  
La mémoire n'est pas l'Histoire,
c'est une des sources de l'Histoire.
Françoise Chandernagor
  
Articles
Autrefois la Mi-Carême dans le 10e - par Jeannine_CHRISTOPHE le 01/02/2013 @ 00:33

En ces temps-là, on fêtait la Mi-Carême .... *

Voici revenu le temps de la Mi-Carême, du Mardi gras et des carnavals, nous vous livrons à nouveau cet article qui vous rappelle comment ces fêtes étaient célébrées autrefois dans notre arrondissement.

Char10.jpg

Mi-Carême : Char du Comité des Fêtes du 10e en 1912

 En 1912 (date inscrite sur la carte ci-dessus), c'en est déjà fini de la fête d'antan, Carnaval est mort et avec lui les folles cavalcades d'une foule en délire, déguisée et masquée, vivant les jours gras de la semaine précédant le carême (du jeudi gras au mercredi des Cendres) dans une orgie effrénée de nourritures et de boissons. C'était la descente de la Courtille qui marquait le gigantesque point final du défilé populaire dit du « Boeuf gras » avec ses débauches en tout genre, ses lancers jusqu'à l'écœu­rement de mets les plus variées, ses jets de farine, d'ordures, de confettis et de serpentins.

La cavalcade descendait la Haute-Courtille (rue de Belleville), passait par la Barrière de La Courtille (ou de Belleville), empruntait la Basse-Courtille (rue du Faubourg-du-Temple), où se trouvaient les bals champêtres, les guinguettes et les cabarets populaires qui attiraient le tout Paris des nantis venus s'encanailler ces jours-là avec le peuple des faubourgs. Les plus célèbres de ces cabarets étaient Le Tambour Royal du sieur Ramponneau et La Courtille (plus tard la Cour de la Grâce-de-Dieu) de son rival Gilles Desnoyers (Courti, vieux mot picard, désignant un jardin champêtre où l'on aimait se divertir et boire les jours de fête). Le défilé aboutissait ensuite à la place du Château-d'Eau (Place de la République), puis s'engouffrait dans les Grands Boulevards, et se dispersait enfin, la nuit venue, dans la liesse générale.

Au cours du 19ème siècle, les barrières des octrois disparaissent, et avec elles est morte la descente en liberté et inorganisée de la Courtille. Dès 1890-1900, la fête devient policée, réglementée et organisée. Elle est alors prise en main par les groupements patronaux du Commerce et de l'Alimentation et par des Comités d'organisation de cortèges de Mi- Carême (sur la carte, le Comité des Fêtes du 10e arrondissement). On ne dévore plus que des yeux les oies grasses, les bœufs, les cochons, et de plus ils sont en carton-pâte avec de grosses têtes en fausse citrouille ou en faux fromage. Les chars qui défilent évoquent encore les grands festins populaires d'autrefois; ils représentent allégoriquement l'Alimentation, la Cuisine, la Charcuterie, etc. Les chars publicitaires commencent à arriver et la réclame puis la publicité vont alors envahir la rue !

Le char, que l'on voit sur la carte, symbolise l'Abondance régnant sur le monde (femme ailée avec sa corne d'abondance et derrière elle une mappemonde), il est encadré de gardes républicains à cheval et de membres municipaux de surveillance qui séparent à présent le public du spectacle. La foule est massée bien sagement sur les trottoirs (peut-être la rue du Faubourg-du-Temple), les balcons sont peuplés de monde et décorés de drapeaux.

Pourtant la Mi-Carême, bien que totalement sous le contrôle des autorités préfectorales, représente encore la fête avec ses gigantesques défilés spectaculaires de chars et de landaus regroupant quelque 1500 figurants s'étalant sur plus de trois kilomètres et durant un minimum de six heures. Voici, comment en ce début de siècle, le journal La Paix décrivait notre arrondissement à l'heure joyeuse de la Mi-Carême : « Au départ de la Villette, comme à l'hôpital Lariboisière et dans les ateliers de la gare du Nord, les toits sont couverts de curieux, les charpentes d'une maison en construction plient sous le poids des enragés qui s'y sont logés… ». En ces temps-là, on faisait la fête dans la rue ! **
 

Foule.jpg

La foule sur les Grands Boulevards un jour de Mi-Carême

Jeannine CHRISTOPHE

* Article paru dans La Gazette du Canal n° 11, mars-avril 1995, réactualisé en 2009.

** Aujourd'hui un Carnaval renaît dans Paris empruntant à peu près le même itinéraire que celui décrit dans cet article; d'autres festivités, surtout des carnavals d'enfants, se déroulent aussi localement dans l'arrondissement.


Recherche
Recherche
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  247536 visiteurs
  1 visiteur en ligne

  Nombre de membres 83 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Calendrier
Nouveautés du site
(depuis 10 jours)
Ephéméride historique
Archives

Le bureau d'HV10
est fermé
pendant les mois de
juillet et août
Il réouvrira le 7 septembre
Voir le programme de la rentrée
ici
Bon été et bonnes vacances  !


vacances.jpg


Fermer

Vous êtes ici :   Accueil » Articles
Ce site a fait l'objet d'un dépôt auprès de la CNIL, le 24 juin 2005
sous le numéro 1102822
Conformément à la loi française Informatique et Liberté (article 34), vous disposez d'un droit
d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant.
Site hébergé par  haisoft.gif