Vous êtes ici :  Accueil
 
 
Les articles du site
+ Année 2016
+ Année 2015
+ Année 2014
+ Année 2013
+ Année 2012
+ Année 2011
+ Année 2010
+ Année 2009
+ Année 2008
 ↑  
Mieux connaître le 10e
Texte à méditer :  
Chacun fait à un moment ou à un autre de sa vie,
sa rencontre avec l'Histoire.
Pierre Miquel
  
Bienvenue sur Histoire & Vies du 10e
 
 Société historique du 10e arrondissement affiliée à la Fédération des Sociétés historiques 
et archéologiques de Paris et de l’Île-de-France


        Monogrammebleu.png  
P10.jpg   
  • Site créé le 29 mai 2005 
  • Mis à jour le 3 déc. 2016         
Pour nous rencontrer 
le jeudi de 16h à 18h (sauf vacances scolaires)

Contact HV10 ici :  adresse.jpg

                  Mairie du 10e (esc.B, 4e étage) 
              72 rue du Faubourg-St-Martin
75475 Paris cedex 10

    tel.gif  01 53 72 12 96
  Twitt.png
HV10_Paris-10

     iconef.png Histoire & Vies 10

                   
La dernière nouvelle
La maison Barbedienne - par HV10 le 28/10/2016 @ 10:00
Quand arrivent les étrennes si vous cherchez à offrir un bronze de Barbedienne ou sa réplique, l'article ci-dessous vous fera connaître les œuvres de la maison Barbedienne, dont les ateliers se trouvaient dans le 10e et le siège dans le 9e arrondissement.1
Une Vénus de Milo pour chaque foyer 1
  
C'était le phare du canal Saint-Martin, cette immense cheminée de briques rouges crachant un épais panache de fumée noire qui matérialisait de bien loin la fonderie du bronzier d'art Ferdinand Barbedienne (1810-1892).
 Barbedienne.jpg

Ferdinand Barbedienne
Aujourd'hui plus rien ne laisse deviner l'immense activité de ses ateliers du 63, rue de Lancry, seul reste pour témoigner de l'existence en ce lieu du creuset d'où sortirent dès 1841 quelques unes des plus belles oeuvres d'art en bronze du 19e siècle, un immeuble cossu post-haussmannien marqué en son fronton du sceau des Barbedienne et indiquant « fonderie Leblanc-Barbedienne, 1838-1895 ».
Au premier étage, les magnifiques salons d'exposition sont décrits comme un « véritable musée où l'Antiquité côtoyait la Renaissance et le style français contemporain celui de l'Extrême-Orient ». Un passage charretier, sous le grand porche, menait aux divers ateliers, s'étendant jusqu'à la rue des Vinaigriers, où des centaines d'artisans travaillaient la fonte, la ciselure, la dorure et la patine.
 
La rencontre de deux autodidactes
Ferdinand Barbedienne, venu à pied de sa Normandie natale à Paris à l'âge de 12 ans, s'installe d'abord comme ouvrier-sellier, puis papetier. Il ouvre à 23 ans sa propre boutique de papiers peints au 30, boulevard Poissonnière (qui restera toujours le siège social de la fonderie). En 1836, il fait la connaissance du mécanicien Achille Collas qui lui présente son invention : une machine à réduire et reproduire la sculpture en trois dimensions, sur le principe du diagraphe et du pantographe.
Ils s'associent et Barbedienne fonde son entreprise en 1838 (d'où la date inscrite sur l'immeuble). Il va devenir l'un des plus grands spécialistes des « bronzes d'édition »aux tirages illimités qui inondent de statuettes en bronze les appartements bourgeois. « N'a-t-il pas fait pour la statuaire ce que Gutenberg a réalisé pour l'imprimerie ; la vulgarisation de ces chefs-d'oeuvre dans notre intimité a contribué à répandre le goût du beau dans toutes les classes de la société et à combattre ainsi la routine et l'ignorance »reconnaissait-on à l'époque. Mais dans cette période hautement industrielle, on sait aussi glorifier la machine libératrice de temps pour procurer des loisirs « Regardez ce bas-relief fait en six heures par un homme qui manie du pied une manivelle tout en lisant un roman »et l'invention est saluée comme aussi importante que celle de Daguerre dont le diorama est installé place du Château-d'Eau.
 
Alors le Musée du Louvre ne fut plus au Louvre
« La sculpture petit format a trouvé le moyen de fabriquer aujourd'hui tout un musée en une tournée : On cuit les danseuses en un quart d'heure et les hommes d'État en cinq minutes, on pourrait même obtenir treize rois de France à la douzaine »(La Caricature, 8 octobre 1843).
La première statue réduite par Barbedienne est la Vénus de Milo, elle orne d'abord les devantures des magasins puis gagne les cheminées des appartements, alors la « statuemania » ambiante l'entraîne à réduire de nombreuses oeuvres de l'Antiquité et de la Renaissance dans le format souhaité par la clientèle, cela va de l'Enlèvement de Proserpine aux Chevaux de Marly en passant par le Moïse de Michel-Ange. La demande se faisant de plus en plus pressante, il décide ensuite de " vulgariser " les chefs-d'oeuvre de la sculpture moderne.
Catalogue.jpg
Catalogue de bronzes d'art, 1884
Un homme d'affaire au service des artistes
Il s'adresse donc aux sculpteurs vivants et leur propose - tout en leur laissant la propriété de leurs œuvres - d'exécuter à ses frais, des réductions qu'il vendra en leur assurant une redevance sur le produit net. Le premier contrat d'édition est signé avec Rude le 22 mars 1843. Suivront de très nombreux sculpteurs : David d'Angers, Barye, Barrias, etc. avec lesquels il conclut des contrats pour une ou plusieurs œuvres ou encore pour leur production complète, soit à vie, soit pour une durée limitée. En un quart de siècle, il distribue ainsi aux artistes dont il reproduit les œuvres, une somme de près d'un million et demi de francs. Il publie des catalogues commerciaux où plus de 1 200 pièces (copies de bronzes anciens ou tirages contemporains) sont présentées en plusieurs dimensions de 10 à 95 cm, sans oublier les pendules, les luminaires, les bronzes d'ameublement, les garnitures de cheminées, etc.
 Statuette.jpg
Une statuette de Barbedienne
 
Ainsi fut-il chargé de 1850 à 1854 de tout l'ameublement des salons de l'Hôtel de Ville de Paris. C'est de la fonderie Barbedienne que sortent également des statues d'hommes célèbres : Henri IV sur le Pont-neuf, Chateaubriand, Hugo, Lamartine, Balzac, Mozart enfant, de héros nationaux : Jeanne d'Arc et le maréchal Ney, mais aussi des scènes de genre : un jeune pêcheur assis sur le rivage, une paysanne qui porte son dernier-né, une danseuse célèbre.
La production, quelques temps interrompue par la guerre de 1870, au cours de laquelle il met sa fonderie au service de la patrie en fournissant 70 canons pour la Défense nationale, reprend une fois la paix revenue. Il exporte ses fabrications à l'étranger où il installe des bureaux. 
 
Lorsqu'il meurt, le 21 mars 1892, plus de 600 ouvriers s'activaient rue de Lancry. Considéré comme « Une gloire nationale ayant porté très haut l'éclat de notre industrie dans tous les concours internationaux (25 médailles aux grandes expositions de 1851 à 1889) et ayant poussé à l'extrême le sens de la traduction du beau », il est inhumé au Père-Lachaise avec des funérailles quasi nationales.
 
Tombe.jpg
La tombe de Barbedienne au Père Lachaise
 
La dynastie Barbedienne
Gustave Leblanc, son neveu et associé, lui succède sous le nom de Leblanc-Barbedienne. Il signe avec Rodin un contrat d'édition d'exclusivité de 20 ans pour l'Éternel Printemps et le Baiser. Il exécute également en 1895 la fonte de la première épreuve des Bourgeois de Calais. L'entreprise connaît toujours autant de succès. Elle dispose d'agences aux États-Unis, en Grande-Bretagne et ouvre une succursale à Berlin en 1913. Après la guerre, pendant laquelle les ateliers sont en partie détruits par la grosse Bertha, la maison travaille notamment pour des monuments commémoratifs et réalise d'innombrables œuvres.

Bombardement.jpg
Les ateliers Barbedienne après les bombardements par la grosse Bertha (14-18)
Mais la médaille a son revers, et la mode change, Marcel Proust, dans La Prisonnière (1923), reproche à Albertine d’admirer un grand bronze de Barbedienne que le narrateur conserve chez lui, et « qu’il trouve fort laid ! ». Bloch l'encourage à s'en défaire, « avec beaucoup de raison ».
Dans un passage de Sodome et Gomorrhe (1922), Proust  évoque aussi : « Ces grands diables de bronze de Barbedienne et ces petits coquins de sièges en peluche ». C'est à madame Verdurin, cette fois-ci, qu'il fait prendre la décision de les expédier au grenier, en précisant : « Et c’est encore trop bon pour eux ! ».
 
Dans Huis Clos (1944), Sartre suit le chemin de Proust dans sa détestation des bronzes de Barbedienne, quand il écrit : « Garcin s’approche du bronze le caresse. Je le regarde, je le regarde de tous mes yeux. Quel cauchemar… Je le regarde …et je n’avais jamais compris que j’étais en enfer…. Ah! Je n'aurais jamais imaginé que c’était ça l’enfer. Ha ! … l’enfer c’est les autres ! » 3
 
Huis_clos.jpg
On aperçoit la fameuse statuette sur la cheminée.
Michel Vitold, Gaby Sylvia et Tania Balachova
lors de la création de Huis clos au théâtre du Vieux-Colombier le 27 mai 1944.
(Éditions Gallimard, Collection Folio)

 

La chute de l'empire Barbedienne se fait en 1953, l'établissement ferme définitivement le 31 décembre 1954 et l'on déplore alors la disparition mystérieuse des bronzes des salons et de la façade de l'immeuble, qui était paraît-il, ornée de statues. L'hôtel est transformé en bureaux en 1955.
 
 La réhabilitation de Monsieur Barbedienne
Elle intervient le 29 octobre 1975 avec l'inscription à l'Inventaire des Monuments historiques de la façade de l'hôtel du 63, rue de Lancry, de la toiture, de son escalier avec sa rampe de fonte menant au salon de réception somptueusement décoré, également classé.
Et si l'on veut encore rêver des fastueuses réceptions des Barbedienne, il suffit d'aller admirer leurs bronzes dans les appartements Napoléon III du Louvre, ou dans les salons de l'Hôtel de Ville de Paris, et pour ne pas oublier la statuaire, de faire un tour au musée d'Orsay, en sachant la contempler avec les yeux du 19e siècle.
Jeannine CHRISTOPHE
Les_bronzes_Barbedienne.jpg
  1.  Vient de paraître de Florence Rionnet : " Les bronzes Barbedienne ", 572 pages -1300 illustrations dont 200 en couleurs, éditions Arthena, octobre 2016 : http://www.arthena.org/les-bronzes-barbedienne
  1. Article paru dans "La Gazette du Canal" n° 20, été 1997 et dans le "Bulletin d'Histoire et Vies du 10e'" N° 2, 2004, réactualisé en 2009.
  2. Ces informations littéraires nous ont été fournies par Didier Chagnas, administrateur à l'association " 9eHistoire ".
  3.  Voir aussi le compte rendu d'une conférence de François Leblanc-Barbedienne, petit neveu du bronzier d'art Ferdinand Barbedienne, en cliquant ici.

Lire la suite Lire la suite

Quand arrivent les étrennes si vous cherchez à offrir un bronze de Barbedienne ou sa réplique, l'article ci-dessous vous fera connaître les œuvres de la maison Barbedienne, dont les ateliers se trouvaient dans le 10e et le siège dans le 9e arrondissement.1
Une Vénus de Milo pour chaque foyer 1
  
C'était le phare du canal Saint-Martin, cette immense cheminée de briques rouges crachant un épais panache de fumée noire qui matérialisait de bien loin la fonderie du bronzier d'art Ferdinand Barbedienne (1810-1892).
 Barbedienne.jpg

Ferdinand Barbedienne
Aujourd'hui plus rien ne laisse deviner l'immense activité de ses ateliers du 63, rue de Lancry, seul reste pour témoigner de l'existence en ce lieu du creuset d'où sortirent dès 1841 quelques unes des plus belles oeuvres d'art en bronze du 19e siècle, un immeuble cossu post-haussmannien marqué en son fronton du sceau des Barbedienne et indiquant « fonderie Leblanc-Barbedienne, 1838-1895 ».
Au premier étage, les magnifiques salons d'exposition sont décrits comme un « véritable musée où l'Antiquité côtoyait la Renaissance et le style français contemporain celui de l'Extrême-Orient ». Un passage charretier, sous le grand porche, menait aux divers ateliers, s'étendant jusqu'à la rue des Vinaigriers, où des centaines d'artisans travaillaient la fonte, la ciselure, la dorure et la patine.
 
La rencontre de deux autodidactes
Ferdinand Barbedienne, venu à pied de sa Normandie natale à Paris à l'âge de 12 ans, s'installe d'abord comme ouvrier-sellier, puis papetier. Il ouvre à 23 ans sa propre boutique de papiers peints au 30, boulevard Poissonnière (qui restera toujours le siège social de la fonderie). En 1836, il fait la connaissance du mécanicien Achille Collas qui lui présente son invention : une machine à réduire et reproduire la sculpture en trois dimensions, sur le principe du diagraphe et du pantographe.
Ils s'associent et Barbedienne fonde son entreprise en 1838 (d'où la date inscrite sur l'immeuble). Il va devenir l'un des plus grands spécialistes des « bronzes d'édition »aux tirages illimités qui inondent de statuettes en bronze les appartements bourgeois. « N'a-t-il pas fait pour la statuaire ce que Gutenberg a réalisé pour l'imprimerie ; la vulgarisation de ces chefs-d'oeuvre dans notre intimité a contribué à répandre le goût du beau dans toutes les classes de la société et à combattre ainsi la routine et l'ignorance »reconnaissait-on à l'époque. Mais dans cette période hautement industrielle, on sait aussi glorifier la machine libératrice de temps pour procurer des loisirs « Regardez ce bas-relief fait en six heures par un homme qui manie du pied une manivelle tout en lisant un roman »et l'invention est saluée comme aussi importante que celle de Daguerre dont le diorama est installé place du Château-d'Eau.
 
Alors le Musée du Louvre ne fut plus au Louvre
« La sculpture petit format a trouvé le moyen de fabriquer aujourd'hui tout un musée en une tournée : On cuit les danseuses en un quart d'heure et les hommes d'État en cinq minutes, on pourrait même obtenir treize rois de France à la douzaine »(La Caricature, 8 octobre 1843).
La première statue réduite par Barbedienne est la Vénus de Milo, elle orne d'abord les devantures des magasins puis gagne les cheminées des appartements, alors la « statuemania » ambiante l'entraîne à réduire de nombreuses oeuvres de l'Antiquité et de la Renaissance dans le format souhaité par la clientèle, cela va de l'Enlèvement de Proserpine aux Chevaux de Marly en passant par le Moïse de Michel-Ange. La demande se faisant de plus en plus pressante, il décide ensuite de " vulgariser " les chefs-d'oeuvre de la sculpture moderne.
Catalogue.jpg
Catalogue de bronzes d'art, 1884
Un homme d'affaire au service des artistes
Il s'adresse donc aux sculpteurs vivants et leur propose - tout en leur laissant la propriété de leurs œuvres - d'exécuter à ses frais, des réductions qu'il vendra en leur assurant une redevance sur le produit net. Le premier contrat d'édition est signé avec Rude le 22 mars 1843. Suivront de très nombreux sculpteurs : David d'Angers, Barye, Barrias, etc. avec lesquels il conclut des contrats pour une ou plusieurs œuvres ou encore pour leur production complète, soit à vie, soit pour une durée limitée. En un quart de siècle, il distribue ainsi aux artistes dont il reproduit les œuvres, une somme de près d'un million et demi de francs. Il publie des catalogues commerciaux où plus de 1 200 pièces (copies de bronzes anciens ou tirages contemporains) sont présentées en plusieurs dimensions de 10 à 95 cm, sans oublier les pendules, les luminaires, les bronzes d'ameublement, les garnitures de cheminées, etc.
 Statuette.jpg
Une statuette de Barbedienne
 
Ainsi fut-il chargé de 1850 à 1854 de tout l'ameublement des salons de l'Hôtel de Ville de Paris. C'est de la fonderie Barbedienne que sortent également des statues d'hommes célèbres : Henri IV sur le Pont-neuf, Chateaubriand, Hugo, Lamartine, Balzac, Mozart enfant, de héros nationaux : Jeanne d'Arc et le maréchal Ney, mais aussi des scènes de genre : un jeune pêcheur assis sur le rivage, une paysanne qui porte son dernier-né, une danseuse célèbre.
La production, quelques temps interrompue par la guerre de 1870, au cours de laquelle il met sa fonderie au service de la patrie en fournissant 70 canons pour la Défense nationale, reprend une fois la paix revenue. Il exporte ses fabrications à l'étranger où il installe des bureaux. 
 
Lorsqu'il meurt, le 21 mars 1892, plus de 600 ouvriers s'activaient rue de Lancry. Considéré comme « Une gloire nationale ayant porté très haut l'éclat de notre industrie dans tous les concours internationaux (25 médailles aux grandes expositions de 1851 à 1889) et ayant poussé à l'extrême le sens de la traduction du beau », il est inhumé au Père-Lachaise avec des funérailles quasi nationales.
 
Tombe.jpg
La tombe de Barbedienne au Père Lachaise
 
La dynastie Barbedienne
Gustave Leblanc, son neveu et associé, lui succède sous le nom de Leblanc-Barbedienne. Il signe avec Rodin un contrat d'édition d'exclusivité de 20 ans pour l'Éternel Printemps et le Baiser. Il exécute également en 1895 la fonte de la première épreuve des Bourgeois de Calais. L'entreprise connaît toujours autant de succès. Elle dispose d'agences aux États-Unis, en Grande-Bretagne et ouvre une succursale à Berlin en 1913. Après la guerre, pendant laquelle les ateliers sont en partie détruits par la grosse Bertha, la maison travaille notamment pour des monuments commémoratifs et réalise d'innombrables œuvres.

Bombardement.jpg
Les ateliers Barbedienne après les bombardements par la grosse Bertha (14-18)
Mais la médaille a son revers, et la mode change, Marcel Proust, dans La Prisonnière (1923), reproche à Albertine d’admirer un grand bronze de Barbedienne que le narrateur conserve chez lui, et « qu’il trouve fort laid ! ». Bloch l'encourage à s'en défaire, « avec beaucoup de raison ».
Dans un passage de Sodome et Gomorrhe (1922), Proust  évoque aussi : « Ces grands diables de bronze de Barbedienne et ces petits coquins de sièges en peluche ». C'est à madame Verdurin, cette fois-ci, qu'il fait prendre la décision de les expédier au grenier, en précisant : « Et c’est encore trop bon pour eux ! ».
 
Dans Huis Clos (1944), Sartre suit le chemin de Proust dans sa détestation des bronzes de Barbedienne, quand il écrit : « Garcin s’approche du bronze le caresse. Je le regarde, je le regarde de tous mes yeux. Quel cauchemar… Je le regarde …et je n’avais jamais compris que j’étais en enfer…. Ah! Je n'aurais jamais imaginé que c’était ça l’enfer. Ha ! … l’enfer c’est les autres ! » 3
 
Huis_clos.jpg
On aperçoit la fameuse statuette sur la cheminée.
Michel Vitold, Gaby Sylvia et Tania Balachova
lors de la création de Huis clos au théâtre du Vieux-Colombier le 27 mai 1944.
(Éditions Gallimard, Collection Folio)

 

La chute de l'empire Barbedienne se fait en 1953, l'établissement ferme définitivement le 31 décembre 1954 et l'on déplore alors la disparition mystérieuse des bronzes des salons et de la façade de l'immeuble, qui était paraît-il, ornée de statues. L'hôtel est transformé en bureaux en 1955.
 
 La réhabilitation de Monsieur Barbedienne
Elle intervient le 29 octobre 1975 avec l'inscription à l'Inventaire des Monuments historiques de la façade de l'hôtel du 63, rue de Lancry, de la toiture, de son escalier avec sa rampe de fonte menant au salon de réception somptueusement décoré, également classé.
Et si l'on veut encore rêver des fastueuses réceptions des Barbedienne, il suffit d'aller admirer leurs bronzes dans les appartements Napoléon III du Louvre, ou dans les salons de l'Hôtel de Ville de Paris, et pour ne pas oublier la statuaire, de faire un tour au musée d'Orsay, en sachant la contempler avec les yeux du 19e siècle.
Jeannine CHRISTOPHE
Les_bronzes_Barbedienne.jpg
  1.  Vient de paraître de Florence Rionnet : " Les bronzes Barbedienne ", 572 pages -1300 illustrations dont 200 en couleurs, éditions Arthena, octobre 2016 : http://www.arthena.org/les-bronzes-barbedienne
  1. Article paru dans "La Gazette du Canal" n° 20, été 1997 et dans le "Bulletin d'Histoire et Vies du 10e'" N° 2, 2004, réactualisé en 2009.
  2. Ces informations littéraires nous ont été fournies par Didier Chagnas, administrateur à l'association " 9eHistoire ".
  3.  Voir aussi le compte rendu d'une conférence de François Leblanc-Barbedienne, petit neveu du bronzier d'art Ferdinand Barbedienne, en cliquant ici.

Fermer Fermer


Recherche
Recherche
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  208533 visiteurs
  4 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 81 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Calendrier
Ephéméride historique
Archives

Vous êtes ici :  Accueil
Ce site a fait l'objet d'un dépôt auprès de la CNIL, le 24 juin 2005
sous le numéro 1102822
Conformément à la loi française Informatique et Liberté (article 34), vous disposez d'un droit
d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant.
Site hébergé par  haisoft.gif